Vous êtes nombreux à nous lire et à reprendre nos analyses dans les discussions, les médias, et rien ne nous fait plus plaisir. Si vous voulez que nous soyons encore là demain, faites un don pour les bénévoles de notre association. À quoi servira votre don ?
Faire un don

L’Europe, c’est compliqué – Objection votre Europe

Épisode 5 du 27 mai 2020

Objection votre Europe ! L’émission qui renvoie les idées reçues d’où elles viennent, en partenariat avec Amicus Radio.

Quelle est l’idée reçue ?

On a affaire ici à la mère de toutes les idées reçues. L’Europe serait compliquée, tellement compliquée qu’on n’y comprendrait rien.

D’où vient cette légende européenne ?

D’un peu partout, car il faut dire que peu nombreux sont ceux qui comprennent vraiment comment fonctionne l’Union européenne.

Vrai ou faux ?

Ça dépend de quoi on parle. Si on parle du processus historique qui a vu l’émergence des institutions européennes, alors oui, c’est complexe parce qu’il faut intégrer l’histoire de chacun des États qui a participé à cette construction.

Mais si on compare le fonctionnement des institutions de l’Union européenne et celui des institutions de la France, je vais vous dire que c’est faux.

L’Union européenne n’est pas plus compliquée que la France. Ça l’est même beaucoup moins. Avec des compétences limitées, une administration très réduite et un budget 30 fois plus petit que celui des États-Unis d’Amérique, l’Union européenne, ça devrait être un jeu d’enfant.

Mais alors que nous sommes biberonnés depuis notre tendre enfance à la culture politique française nous nous rendons compte que nous connaissons peu la culture politique européenne, j’entends celle de la construction européenne.

Or, comment comprendre ce que nous ne connaissons pas ?”

 

Production : Vincent Couronne, docteur en droit public, chercheur associé au laboratoire VIP (Paris Saclay)

Chronique : Tania Racho, docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie

Réalisation : Lucien Oriol.

Coordination et lectures : Camille Blumberg.

Cette émission est préparée avec l’aide de Pierre de Charrette, Victor Simon, Pierre Tréléa et Ebbane Vallaeys, étudiants à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et à l’université Paris Saclay (UVSQ).

Musique originale : Didier Riey (d’après le morceau “I am Europe” de Chili Gonzales (Boys noise records))

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Pour aller plus loin

Thierry Grosbois, “Conseil de l’Europe”, in Pierre Gerbert (dir.), Dictionnaire historique de l’Europe unie, André Versailles éditeur, 2009

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

Les droits de l’homme, c’est compliqué – chronique “Et les droits de l’homme, bordel ?”

Chronique Objection votre Europe du 27 mai 2020

La chronique droits de l’homme, par Tania Racho, dans Objection votre Europe, chaque semaine en partenariat avec Amicus Radio.

“Les droits de l’homme sont-ils compliqués ? Moi Je dirai oui et non. Non, parce qu’avec un peu de logique on peut quand même déduire ce qui peut relever de nos droits de l’homme. Oui, c’est compliqué parce qu’on sait moins comment les défendre ou encore quel juge saisir pour les protéger.

Par exemple, on entend souvent parler de la Cour européenne des droits de l’homme, sur différents types de sujets.

Pour certains cette Cour a d’ailleurs commencé à exister lorsque Amal Clooney que l’on vient d’entendre s’y est rendue pour plaider une affaire au nom de l’Arménie. Jamais une audience n’aura vu autant de journalistes présents, mais pas que des journalistes de la chronique justice. Mais le reste du temps la Cour est mise en avant quand elle condamne la France.

C’était le cas en janvier 2020, quand la France a été pointée du doigt pour l’état de ses prisons et la situation de surpopulation carcérale qui entraîne un traitement inhumain et dégradant, qui a d’ailleurs partiellement été réglée avec la crise du coronavirus.”

 

Tania Racho est docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie, auteure d’une thèse sur le système européen des droits fondamentaux.

Extrait sonore : Pap N’Diaye, “La France n’est pas le pays des droits de l’homme”, 4 avril 2016

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

L’UE, observateur des élections dans le monde – chronique “Et les droits de l’homme, bordel ?”

Chronique Objection votre Europe du 1er avril 2020

La chronique droits de l’homme, par Tania Racho, dans Objection votre Europe, chaque semaine en partenariat avec Amicus Radio.

“Au Pérou, en janvier 2020, ont eu lieu des élections législatives qui ont porté les centristes au pouvoir. Quel rapport avec l’Europe ? Et bien ces élections, comme d’autres au Gabon, en Jordanie, en Zambie, se sont déroulées sous l’œil avertis d’observateurs de l’Union européenne. Il existe de nombreuses missions d’observations électorales envoyées par l’Union dans des Etats non membres… Mais de quoi se mêle l’UE ?

L’Union développe des relations avec le monde entier et dans ce cadre, elle prévoit un certain budget pour accompagner les démocraties et soutenir la protection des droits de l’homme. Concrètement, il s’agit de 1,332 milliards d’euros pour la période 2014-2020 qui sont consacrés à la démocratie et la protection des droits de l’homme par le biais de ce qui est appelé « l’instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme » ou l’IDDH.

Lancé en 2006, il permet de financer des projets concernant le soutien aux droits de l’homme, notamment aux défenseurs des droits de l’homme, et ces fameuses missions d’observations électorales mobilisent tout de même 25% du budget, soit 38 millions d’euros. Chaque année ce sont environs 10 missions d’observations qui sont envoyées comprenant une équipe d’analystes et des observateurs.

Pour le reste du budget, les 75%, restants, il est plus difficile d’accéder à une information concrète. Dans un rapport de la Commission sur les actions menées en 2018 on apprend simplement que 42 000 victimes de violations des droits de l’homme ont bénéficié de l’aide de l’UE sans davantage de détails.”

 

Tania Racho est docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie, auteure d’une thèse sur le système européen des droits fondamentaux.

Extrait sonore : Pap N’Diaye, “La France n’est pas le pays des droits de l’homme”, 4 avril 2016

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

L’Europe nous coûte trop cher ? – Objection votre Europe

Épisode 4 du 1er avril 2020

Objection votre Europe ! L’émission qui renvoie les idées reçues d’où elles viennent, en partenariat avec Amicus Radio.

Quelle est l’idée reçue ? 

L’Europe coûte trop cher, ou en tout cas elle coûte plus que ce qu’elle rapporte.

D’où vient cette légende européenne ?

Comme souvent pour les idées reçues sur l’Europe, cela vient du Rassemblement national ou de la droite souverainiste. On a entendu en introduction Jordan Bardella, député européen RN, membre du groupe Identité et démocratie au Parlement européen, et Nicolas DUpont-Aignan, président du parti Debout la France.

Comment s’est-elle répandue ?

Ça commence dans les années 1990, quand la France commence à verser au budget européen une contribution. Le retour en subventions de l’Union est en général assez substantiel pour la France qui profite à plein de la politique agricole commune, mais en 2013, la contribution de la France a été anormalement élevée, chose qui ne s’est pas reproduite depuis. Pourtant, les chiffres cités par ceux qui dénoncent le coût de l’Union son généralement ceux de 2013.

Pourquoi est-ce que cette idée reçue plaît ?

Parce qu’elle donne un argument en faveur d’une sortie de l’Union européenne. Ajouté à la discipline budgétaire à laquelle les États se sont astreints de fait de leur participation à l’Union européenne, l’argument est simple :

L’Europe nous prend de l’argent, et en plus elle nous empêche de dépenser. De Simple à simpliste, il n’y a que quelques petites lettres.

Vrai ou faux ?

C’est vrai, mais seulement si on regarde les transferts d’argent entre la France et l’Union. Car s’il est vrai que la France verse plus d’argent qu’elle n’en reçoit des caisses de l’Union européenne, ces calculs sont largement incomplets.

 

Production : Vincent Couronne, docteur en droit public, chercheur associé au laboratoire VIP (Paris Saclay)

Chronique : Tania Racho, docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie

Réalisation : Lucien Oriol.

Coordination et lectures : Camille Blumberg.

Cette émission est préparée avec l’aide de Pierre de Charrette, Victor Simon, Pierre Tréléa et Ebbane Vallaeys, étudiants à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et à l’université Paris Saclay (UVSQ).

Musique originale : Didier Riey (d’après le morceau “I am Europe” de Chili Gonzales (Boys noise records))

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

La protection des personnes âgées – chronique “Et les droits de l’homme, bordel ?”

Chronique Objection votre Europe du 24 mars 2020

La chronique droits de l’homme, par Tania Racho, dans Objection votre Europe, chaque semaine en partenariat avec Amicus Radio.

L’Union reconnaît et respecte le droit des personnes âgées à mener une vie digne et indépendante et à participer à la vie sociale et culturelle“.

Ce droit des personnes âgées est reconnu à l’article 25 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. La Charte est un texte relativement nouveau, puisqu’il existe depuis 2001 mais qu’il n’est devenu obligatoire qu’à partir de 2009.

 

Tania Racho est docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie, auteure d’une thèse sur le système européen des droits fondamentaux.

Extrait sonore : Pap N’Diaye, “La France n’est pas le pays des droits de l’homme”, 4 avril 2016

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

La réforme des retraites a-t-elle été imposée par l’Union européenne ? – Objection votre Europe

Épisode 3 du 24 mars 2020

Objection votre Europe ! L’émission qui renvoie les idées reçues d’où elles viennent, en partenariat avec Amicus Radio.

Quelle est l’idée reçue ? 

L’Union européenne aurait imposé la réforme des retraites.

D’où vient cette légende européenne ?

Dans ce cas précis, elle vient précisément du Rassemblement national, de la France insoumise et du mouvement Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan.

Mais elle vient aussi plus étonnamment de la Commission européenne elle-même, notamment de Thierry Breton le commissaire au marché intérieur. Il a déclaré en décembre dernier que tout le monde à la Commission estimait cette réforme nécessaire.

Comment s’est-elle répandue ?

C’est habituellement l’opposition à la majorité en place qui diffuse ce genre de rumeurs. C’était déjà le cas pour la loi travail en 2016, qui était censée être sortie “des cartons de Bruxelles” (Florian Philippot). Curieusement, vous entendrez assez rarement un gouvernement vous dire que s’il fait telle ou telle réforme, c’est à la demande de Bruxelles.

Pourquoi cette idée reçue plaît ?

C’est curieux, mais elle ne devrait pas plaire. Pour l’opposition, reproche au gouvernement d’appliquer les instructions de Bruxelles revient à reconnaître que ce n’est pas vraiment la politique voulue par la majorité. Sur le fond, on n’en veut donc pas au Gouvernement, mais à l’Union européenne.

Vrai ou faux ?

Faux, mais tout ça est complexe, et nombreux sont ceux qui se sont fait avoir.

 

Production : Vincent Couronne, docteur en droit public, chercheur associé au laboratoire VIP (Paris Saclay)

Chronique : Tania Racho, docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie

Réalisation : Lucien Oriol.

Coordination et lectures : Camille Blumberg.

Cette émission est préparée avec l’aide de Pierre de Charrette, Victor Simon, Pierre Tréléa et Ebbane Vallaeys, étudiants à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et à l’université Paris Saclay (UVSQ).

Musique originale : Didier Riey (d’après le morceau “I am Europe” de Chili Gonzales (Boys noise records))

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

À Bruxelles, les gens ne sont pas élus ? – Objection votre Europe

Épisode 2 du 18 mars 2020

Objection votre Europe ! L’émission qui renvoie les idées reçues d’où elles viennent, en partenariat avec Amicus Radio.

Quelle est l’idée reçue ? 

Il n’y a pas d’élus à Bruxelles.

D’où vient cette légende européenne ?

C’est un mythe largement répandu en France, car dans notre pays, on élit le président de la République au suffrage universel, alors qu’ailleurs en Europe, le chef de l’exécutif est plutôt élu par le parlement.

La concentration des pouvoirs entre les mains du chef en France est un cas peu fréquent dans les démocraties occidentales. Et pourtant très ancré dans notre culture politique, marquée par le mythe de l’homme providentiel qui, une fois élu, règlera tous les maux du pays, réconciliera les familles entre elles et si au passage il pouvait trouver un traitement contre le coronavirus…

Du coup, on a tendance à oublier le parlement national. Alors vous vous doutez bien que le parlement européen, c’est le cadet des soucis du Français.

Je caricature un peu, mais quand même, cette idée reçue en France selon laquelle il n’y aurait pas d’élus à Bruxelles est une idée qui plaît.

Pourquoi cette idée reçue plaît ?

Parce qu’elle réduit la critique de l’Europe à son caractère non démocratique sans avoir à la critiquer sur le fond.

Un conseil si vous êtes à court d’argument dans une querelle, attaquez votre opposant sur sa légitimité. Il aura beau se défendre, il ne sera plus crédible et donc plus audible.

Vrai ou faux ?

C’est évidemment faux.

Voyez le paradoxe qu’il y a se déplacer tous les 5 ans pour voter pour les élections européennes, alors que certains politiques français continuent à dire que les institutions à Bruxelles ne sont pas élues… alors même que ces politiques sont ou ont été élus à Bruxelles.

Mais quand même, le Parlement européen est loin d’être exemplaire, et quand on sait qu’un électeur luxembourgeois a beaucoup plus de poids qu’un électeur français, cela pose des questions sur la légitimité démocratique de ce Parlement Tour de Babel.

 

Production : Vincent Couronne, docteur en droit public, chercheur associé au laboratoire VIP (Paris Saclay)

Chronique : Tania Racho, docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie

Réalisation : Lucien Oriol.

Coordination et lectures : Camille Blumberg.

Cette émission est préparée avec l’aide de Pierre de Charrette, Victor Simon, Pierre Tréléa et Ebbane Vallaeys, étudiants à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et à l’université Paris Saclay (UVSQ).

Musique originale : Didier Riey (d’après le morceau “I am Europe” de Chili Gonzales (Boys noise records))

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

Les lanceurs d’alerte européens – chronique “Et les droits de l’homme, bordel ?”

Chronique Objection votre Europe du 11 mars 2020

La chronique droits de l’homme, par Tania Racho, dans Objection votre Europe, chaque semaine en partenariat avec Amicus Radio.

“À Bruxelles, personne ne t’entend crier.

C’est certainement ce que Laura Pignataro, Maria Bamieh, Moises Bermejo, Carlo De Nicola, Balázs Molnár ou encore Amador Rodriguez Prieto ont du penser. Tous fonctionnaires ou contractuels pour l’Union européenne. Tous lanceurs d’alerte s’étant retrouvés au mieux placardisés au pire suicidé.

Tous ces gens ont crié mais personne ne les a entendus. Ils ont dénoncé des dysfonctionnements dans les institutions de l’Union européenne.”

Tania Racho est docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie, auteure d’une thèse sur le système européen des droits fondamentaux.

Extrait sonore : Pap N’Diaye, “La France n’est pas le pays des droits de l’homme”, 4 avril 2016

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

Bruxelles, peuplée de technocrates ? – Objection votre Europe

Épisode 1 du 11 mars 2020

Objection votre Europe ! L’émission qui renvoie les idées reçues d’où elles viennent, en partenariat avec Amicus Radio.

Quelle est l’idée reçue ? 

Bruxelles est peuplé de technocrates.

D’où vient cette légende européenne ?

De la conception française de la souveraineté qui envisage assez peu le partage du pouvoir. Du coup, en France, tout ce qui n’émane pas du pouvoir central, du Président de la République et du Parlement, ne peut pas être légitime.

Comment s’est-elle répandue ?

C’est difficile à dire mais essentiellement des partis extrêmes, mais aussi du gaullisme. Jacques Chirac et son “Appel de Cochin” qu’on entendait en introduction est un bon exemple.

Pourquoi Cette idée reçue plaît ?

Parce qu’elle permet de donner une explication simple, voire simpliste, à une question complexe. Elle permet aussi au pouvoir national de se dédouaner de ses propres responsabilités.

Vrai ou faux ?

Ce n’est pas complètement faux. Les fonctionnaires européens ont un grand pouvoir, à la mesure du continent. Mais en proportion, leur pouvoir n’est pas plus grand que celui des haut fonctionnaires français. Et puis surtout… ils sont sous l’autorité de pouvoirs qui eux, sont bien élus, comme le Parlement européen, ou sont responsables devant les élus, comme la Commission européenne.

Production : Vincent Couronne, docteur en droit public, chercheur associé au laboratoire VIP (Paris Saclay)

Chronique : Tania Racho, docteure en droit public, enseignante-chercheuse à l’université de Picardie

Réalisation : Lucien Oriol.

Coordination et lectures : Camille Blumberg.

Cette émission est préparée avec l’aide de Pierre de Charrette, Victor Simon, Pierre Tréléa et Ebbane Vallaeys, étudiants à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et à l’université Paris Saclay (UVSQ).

Musique originale : Didier Riey (d’après le morceau “I am Europe” de Chili Gonzales (Boys noise records))

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

À quoi sert un procureur, mariage pour tous et réfugiés syriens

Saison 1, Épisode 2

Posez vos questions sur le répondeur de Toc Toc au 07 68 95 06 73
Le répondeur est ouvert 24/24 pour recevoir vos interrogations sur la loi, l’État, l’Europe, le monde. Citoyens, citoyennes, à vos téléphones !

Avec les questions de Sarah, Peter et Coralie.
Les réponses ont été recueillies par Julien Béa et Pierre Tréléa.
À la technique Leobardo Perez.

Pour leur répondre, Audrey Darsonville, professeure de sciences criminelles à l’université de Lille.
Frédérique Berrod, professeure de droit européen à l’université de Strasbourg et à Sciences Po Strasbourg.
Thibaut Fleury-Graff, professeur de droit international à l’université de Rennes.

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !

Déclaration de guerre, QPC et “Objection votre honneur !”

Saison 1, Épisode 1

Posez vos questions sur le répondeur de Toc Toc au 07 68 95 06 73
Le répondeur est ouvert 24/24 pour recevoir vos interrogations sur la loi, l’État, l’Europe, le monde. Citoyens, citoyennes, à vos téléphones !

Avec les questions d’Antoine, Marie-Claude et Camille.
Les réponses ont été recueillies par Antoine Truchot.
À la technique Leobardo Perez.

Pour leur répondre, Sophie de Cacqueray, Maîtresse de conférences en droit public à l’université d’Aix-en-Provence.
Jean-Philippe Derosier, Professeur de droit public à l’université de Lille, auteur du blog La Constitution décodée.
Emmanuel Daoud, avocat (cabinet Vigo), membre de la Fédération internationale
des droits de l’homme.

Cette émission a été coproduite par Les Surligneurs et Amicus Radio, programme original de chroniques, magazines, reportages, entretiens et documentaires, à écouter en ligne ou à télécharger. Porté par le talent et la curiosité d’une équipe d’animateurs d’horizons divers – magistrats, professeurs, journalistes, avocats – il s’applique à rendre le droit audible et accessible, par delà ses frontières disciplinaires, culturelles ou géographiques.

Une erreur dans cet article ? Faites-le nous savoir !